Participation à la réunion de l’ADMD

Conférence publique de l’Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité le 25 mars 2017

J’ai participé le 25 mars à la conférence publique organisée par l’Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité avec la participation de Jean-Luc Romero.

Le sujet dont il est question relève de l’intime, de la conscience de chacun : il s’agit de la fin de vie, celle que l’on souhaite pour soi ou pour ses proches, selon les circonstances, même si l’on ne peut présager de ce que sera notre réaction le moment venu, si tant est que nous soyons encore capables de réagir alors.

Traiter de la fin de vie, c’est traiter d’un sujet grave qui renvoie chacun à sa propre mort. Le sujet est tout sauf politique ; il est philosophique. Dans ce domaine, rien n’est certain. Il est impossible de trouver l’unanimité, alors on cherche le consensus, c’est-à-dire l’approbation du plus grand nombre. C’est bien pour cela qu’il est extrêmement compliqué de légiférer.

À chacun son parcours, ses convictions, son rapport à la vie, à la souffrance, son environnement affectif et familial. Face à la fin de vie se révèlent les inégalités et les accidents d’un parcours de vie : accès ou non aux soins en temps et en heure ; connaissance ou ignorance du parcours de soins optimal ; vie isolée ou non ; vie affective riche ou pauvre ; personne entourée ou seule.

Il me semble aujourd’hui nécessaire de demeurer ouvert à des évolutions répondant à quelques-unes des problématiques suivantes : comment traduire dans la fin de vie l’attachement de notre civilisation à la liberté de l’individu ? Ne peut-on pas lui permettre d’organiser davantage les conditions de sa fin de vie lorsqu’il n’y a plus d’espoir médical, au point, non plus d’accompagner cette fin, mais bien de la décider ? Ces sujets sont ouverts ; nous devons les aborder ensemble.

Des sondages disent que 94 % des Français souhaitent mourir dans la dignité. Mais c’est de 100 % des Français qu’il faut parler : chacun doit avoir accès à la fin de vie qu’il juge digne pour lui-même !